• yan.rolin@mon-ideal.com

Comment s’auto-discipliner ?

Comment s’auto-discipliner ?

 

Il arrive souvent que l’on ait pris de bonnes résolutions, et que, le temps et la paresse faisant son effet, on oublie vite les engagements que l’on avait pourtant promis de tenir.

Nous allons donc voir comment parvenir à faire ce que l’on souhaite faire même si cela nous demande des efforts.

Ce qu’il faut faire

Il y a une phrase qui résume beaucoup de choses : “dire fait rire ; faire fait taire !”.

C’est donc l’action qui fait toujours la différence. Nos actes ont toujours des conséquences, mais il en est de même pour nos non-actes.

Chaque fois que l’on passe trop de temps à ne pas mette en place des actions concrètes productives faisant avancer d’une manière ou d’une autre notre projet et que l’on pense ne rien faire du tout, on prend en réalité une décision. La décision de ne pas changer. On fait un choix : celui de l’immobilisme.

Ainsi, si on n’atteint pas son objectif, ce n’est pas la faute à pas de chance, au gouvernement, au vilain qui fait de la “gonflette” ou que sais-je. C’est de notre faute.

Cela est vrai dans tous les domaines, que ce soit professionnel, personnel ou sportif, par exemple. Ce sont les audacieux qui passent à l’action qui augmentent considérablement leur probabilité de réussir.

C’est pour cela qu’aujourd’hui vous prenez la décision de ne plus procrastiner et de ne plus vous trouver d’excuses.

Mais alors, comment ?

  1. Première étape : avoir un VRAI déclic ! Il arrive que l’on se croit motivé, mais qu’en réalité on n’est pas encore prêt à faire ce qu’il faut pour réaliser son objectif ; un peu comme lorsqu’on se dit : “j’aimerais bien être super musclé et très sec”, “j’aimerais bien être plus mince”, “j’aimerais être plus fort, plus doué…” et qu’on oublie cette idée aussitôt.
    Le “vrai” déclic c’est quand on est profondément résolu à s’y mettre. Cela ne peut arriver que lorsqu’on a conscience de ce que cela implique (les efforts que vous devrez supporter, et les actions que vous devrez mener).
  2. Deuxième étape : Réaliser ce que va vous apporter le fait de tout mettre enfin en place. Visualisez-vous en train d’accomplir votre objectif. Vous allez alors vous dire : “qu’est-ce que j’attend pour commencer?”
  3. Troisième étape : Sachez que vous pouvez y arriver ! Il y a des gens beaucoup moins intelligents et travailleurs que vous qui y arrivent, alors pourquoi pas vous ?
    Si vous n’y croyez pas, dites vous que vous en êtes capable 30 fois par jours.
  4. Quatrième étape : S’ORGANISER. C’est sans doute l’une des plus importantes.Sans organisation, vous pourrez toujours vous dire que vous n’avez finalement pas eu le temps et que, après tout vous avez bien “fait” de ne pas le faire car cela vous aurait empêché de réaliser toutes les autres choses que vous aviez à faire.
    De plus, en plaçant dans votre emploi du temps ce que vous devez effectuer, vous vous obligerez à trouver le temps pour le faire. Faites comme s’il s’agissait d’un impératif comme aller au travail ou payer vos factures, par exemple.
    Enfin, cela vous fera prendre conscience que, certes, c’est un peu difficile au début, mais qu’avec l’habitude, cela n’est pas si terrible que ça.
    Faites donc des listes et cochez des cases chaque fois que vous aurez terminé quelque chose.

    Go, go, go !
  5. Cinquième étape : Faites tout ce qui peut vous donner un coup de boost. Ecoutez de la musique dynamique, regardez des vidéos motivantes, inspirez-vous de ceux qui ont réussi…
  6. Sixième étape : répétez les précédentes étapes à chaque fois que cela est nécessaire, c’est à dire : à chaque fois que vous serez démotivé.
  7. Dernière étape : prendre conscience que vous avez réussit. Vous êtes enfin passé de la parole à l’action !
    Vous pouvez être fier de vous, et vous vous demandez comment vous avez fait pour ne pas faire tout cela avant, tant vous percevez concrètement tous les bénéfices de ce changement d’attitude.
    Ça y est : vous avez changé, et vous n’êtes pas prêt de reprendre vos mauvaises habitudes de si tôt !

Et dans le monde du sport, on fait comment ?

Et bien on fait exactement pareil ! Ces conseils s’appliquant à beaucoup de domaines, on les utilisent aussi pour le sport !

Voici donc un exemple :

  1. Si je veux être plus mince cette année, je vais d’abord réfléchir à mes motivations réelles.Suis-je réellement décidé à le faire, et pourquoi ?

    Qu’est-ce que cela va m’apporter ?

    Si la réponse est “oui” à la première question et que vous avez déjà une réponse pour la seconde, vous pouvez passer directement à l’étape suivante.

  2. Ensuite, je vais me répéter que je vais y arriver. Je regarde des exemples de personnes qui sont parvenu à atteindre leur objectif même en partant de loin et je prend conscience que c’est à mon tour de réussir. Les exemples (réels) de personnes ayant perdu durablement du poids ne manquent pas et se trouvent très facilement.
  3. Je saute sur mon agenda et je planifie ma semaine et les quelques mois à venir. Je fait la liste de toutes tâches que je vais devoir effectuer. Je trouve toujours de la place dans l’agenda pour noter ce que j’ai à faire et je m’impose comme règle de toujours faire ce que j’ai écris. Je n’hésite pas à me donner des notes à propos de mon travail.Je note les entraînements que je dois faire, mon plan alimentaire semaine après semaine. Je fais une croix dans mon carnet à chaque fois que j’ai réaliser une tâche.Si je ne sais pas par où commencer, je consulte mon-ideal.com ou je me renseigne auprès d’un coach, mais je ne me lance pas dans une improvisation anarchique.
    A chaque fois que je me suis entraîné, je fais une croix dans un carnet, de même lorsque j’ai réussit à tenir pendant une semaine mon programme alimentaire et, dès lors que j’ai réussit quelque chose, je me réjouit et réalise le chemin parcouru.

    On y croit !

  4. Si aujourd’hui, je me sent léthargique, je fonce sur Youtube ou Dailymotion, et je regarde une bonne vidéo d’entraînement avec des athlètes en meilleur forme que moi. Cela me motive.
    Une fois à la salle de sport (ou chez moi mais à l’heure de la séance) je met une musique que j’aime et qui me donne de l’énergie. La musique est parfois aussi efficace que la caféine. Je me passe de l’heure fraîche sur le visage, je me fais un peu violence et j’y vais !
    Je me dis que si je ne vais pas m’entraîner à cause de ma paresse, je vais le regretter et je ne me sentirais pas au mieux à cause de ça, alors qu’en revanche, si j’y vais, je serais satisfait à la fin.
    Je me rappel également que, parfois, lorsque je suis un peu fatigué, je me sens en forme après mes 10 minutes d’échauffement léger et progressif.

Le mot de la fin

Le but de cet article est à la fois de vous donner des solutions à ce problème très courant et de vous motiver. Il est normal que le changement fasse peur et que l’on rechigne à faire certains efforts. Il n’y a rien de honteux à cela. Cependant, en se “gendarmant” on s’habitue à sortir de sa zone de confort et on fini par y prendre plaisir. Une fois qu’on a réussit, on sait qu’on a bien fait de s’y mettre.

N’hésitez pas à relire cet article pour bien mémoriser les points importants et vous remotiver à chaque fois que vous en aurez besoin.

Si vous arrivez à acquérir suffisamment de volonté, vous parviendrez à vous imposer la discipline nécessaire.

Dernier conseil : la bonne philosophie à adopter est la suivant : Il faut savoir avoir de grande ambition tout en sachant célébrer  les plus petites victoires…

Courage !

Yan