• yan.rolin@mon-ideal.com

Archive mensuelle janvier 2020

abdos - comment avoir des abdos

Comment avoir des abdos ?

Metro Boulot Abdos

S’il y a bien quelque chose qui obsède bon nombre de personnes dans le monde du fitness, et même au delà, c’est bien les abdos (minaux). Ce sont un peu les muscles « star ». C’est l’une des parties du corps à laquelle on pense en premier lorsqu’on imagine un corps athlétique. C’est pour cela que j’ai décidé de mettre les abdominaux à l’honneur dans cet article.

Je vais tout d’abord vous parler de l’anatomie de ces muscles, puis des idées reçues les concernant, mais aussi de comment les développer, puis les rendre visibles, et je vous parlerai, bien sûr, des exercices à privilégier pour les travailler. Je n’oublierai pas de vous mentionner toutes les bonnes raisons de les développer.

Abdos, anatomie :

Sans plus attendre, commençons donc par leur anatomie : Je ne sais pas si cela vous a échappé ou non, mais, lorsqu’on parle des abdos, on utilise un pluriel. On désigne donc les différents muscles présents au niveau de l’abdomen. Il ne s’agit donc pas d’un seul et unique bloque, comme on se l’imagine souvent…

La sangle abdominale est en réalité composée de 4 muscles :

Le grand droit ou droit de l’abdomen

Nous avons tout d’abord le droit de l’abdomen, aussi appelé « grand droit ». Il correspond à la fameuse « tablette de chocolat ».

L’oblique externe

Nous avons ensuite l’oblique externe qui est placé de part et d’autre du grand droit.

L’oblique interne

Nous avons également l’oblique interne qui est situé sous l’oblique externe.

Le transverse

Transverse, abdos

Enfin, nous avons le transverse qui est placé sous les obliques.

Pour avoir de beaux abdos bien développés, il faut donc travailler ces 4 muscles.

Briser les idées reçues

On se demande alors bien pourquoi, dans l’imaginaire collectif, est encrée cette idée folle, non pas d’avoir inventé l’école, mais de croire que nous n’aurions affaire qu’à un seul muscle qui, en plus, ne se travaillerait que d’une seule manière… Eh oui, car, bien souvent, on utilise l’expression « faire des abdos » en ne pensant qu’à un exercice (en l’occurrence, le relevé de buste). Cela n’a pas de sens, car il y a des dizaines de façons de travailler les abdos.

Mais ce n’est malheureusement pas la seule idée reçue. On s’imagine trop souvent que c’est la quantité qui fait tout. Ainsi, on veut faire 567 abdos par jour, tous les jours, et, bien sûr, d’une seule et unique manière…

Or, les abdominaux ne sont pas des muscles totalement à part comme on le pense souvent. Car, si on ne travaille pas ses jambes 7 jours sur 7 pour éviter le sur-entraînement, pourquoi devrait-on agir différemment concernant les abdos ?

Il faut, en réalité, faire à peut près l’inverse de ce que les bruits de couloirs nous disent de faire…

Les bonnes raisons de les travailler

Si beaucoup de gens veulent développer les abdos, c’est souvent dans un but esthétique. Cela est tout à fait louable. Cependant, je tenais tout de même à donner d’autres bonnes raisons de les développer :

  • Vous serez plus performant l’hors de vos activités physiques et sportives.
  • Vous allez apaiser vos tensions lombaires.
  • Votre colonne vertébrale sera davantage préservée.
  • Vous allez faire du bien à votre système digestif.
  • Votre endurance sera améliorée.
  • etc.

Après avoir fait un point sur l’anatomie, la nécessité du travail abdominal, et après avoir brisé les clichés, il ne reste plus qu’à savoir comment les développer et les rendre visibles.

Attention, en effet, ils peuvent tout à fait être très bien bien développés, et pourtant totalement invisibles… Si vous avez une couche de graisse trop importante au niveau de l’abdomen, les muscles situés en dessous seront voilés. Il faut donc à la fois avoir dévellopé ses abdos, et avoir atteint ou maintenu un taux de graisse bas.

Il faut les deux ; un taux de graisse bas ne suffit pas non plus à lui seul. Je donne donc tort à la fois à ceux qui vous diront :

« Travaille tes abdos, ne t’occupe pas du reste et tu auras des tablettes ! » ; mais aussi à ceux qui vous disent :

« 70% des résultats sont obtenus par la diète. Tu n’as pas besoin de trop t’embêter à les travailler ».

Qu’on le veuille ou non, pour qu’ils soient visibles, ils doivent être à la fois massif et sec, et il convient donc d’agit en conséquence.

Bien sûr, ces conseils s’adressent avant tout aux personnes qui accordent de l’importance à l’aspect esthétique. Des abdominaux solides restent solides même s’ils ne sont pas visibles, et comportent déjà tous les avantages que j’ai détaillé plus haut.

Eviter l’embonpoint

Une assiette équilibrée

Afin de ne pas accumuler de la graisse superflue, il faudra « tout simplement » avoir une alimentation saine et équilibrée durant l’année. Vous pouvez également faire des régimes hypocaloriques (et surtout hypoglucidiques) dès que vous verrez votre taux de graisse augmenter un peu trop (par exemple, après une prise de masse ou un relâchement)…

Développer ses abdos

Intéressons-nous, à présent, à la manière dont s’y prendre pour travailler correctement nos abdos :

Parlons tout d’abord de la longueur des séries :

Vous aurez peut-être deviné, d’après ce que j’écrivais plus haut, que je porte un intérêt certain aux séries courtes. Ces séries doivent s’effectuer avec une forte intensité de contraction. Elles sont donc courtes par obligation, car nous n’aurions pas la force d’en faire plus. Pour atteindre cette forte intensité, l’une des méthode est de se lester. Cela passe notamment par l’utilisation de charges additionnelles. Comme je vous le disais, les abdominaux n’étant pas des muscles extrêmement différents des autres, il convient de les travailler comme les autres. A qui viendrait-il à l’idée de faire toujours des curls biceps en séries de 600 ?

Dans le cadre de ces séries courtes, nous allons donc utiliser des poids. Cela peut se faire avec des disques, des poulies, ou même des élastiques.

Ce type d’entraînement va permettre de développer la force et la masse des abdos.

Tout aussi excellent pour cela, on note les exercices de gainage dynamique.

C’est donc grâce au cumul de l’entraînement en force en séries courtes, de l’entraînement léger en séries longues et de la bonne diététique que l’on obtient des abdominaux forts, développés, utiles et visibles ! (et c’est bien cela qu’on veut).

Quelques exercices d’abdos :

Pour ce qui est des démonstrations, je vous invite à fouiller le site (enrichie régulièrement) pour trouver les rubriques qui vous intéressent.

Faisons tout de même un petit point sur quelque exercices que vous pouvez réaliser :

Exercices ciblant prioritairement le grand droit :

Les crunchs

abdos crunchs
Travaille prioritairement la partie haute du droit de l’abdomen.

Tout d’abord, il y a les fameux « crunchs » qu’on appelle aussi les relevés de buste.

C’est l’exercice que l’on voit tout le temps. C’est celui-là auquel tout le monde pense lorsqu’on parle de « faire des abdos ».

Il faut s’allonger sur le dos. Vous pouvez avoir les jambes repliées, posées au sol, ou surélevées (avec ou sans banc). Une fois bien positionné, vous devez relever votre buste en décollant vos épaules du sol. Il faut effectuer un enroulement du buste. Inutile de monter trop haut. Dès que le bas de votre dos commence à quitter le sol, arrêtez le mouvement. Une fois dans cette position, attendez 2 à 3 secondes avant de revenir à votre position de départ. Répétez le mouvement plusieurs fois. Je reviendrai sur les temps de repos et le nombre de répétitions plus loin, dans l’article.

Pensez à souffler lentement lorsque vous effectuez le mouvement, et à inspirer en revenant à la position initiale.

Petite « pépite » que je vous donne : il existe une façon de multiplier l’efficacité de cet exercice :

Pour cela, lorsque vous êtes au sol, avant d’effectuer le mouvement, vous devez effectuer une contraction comme si vous vous reteniez d’aller aux toilettes. Rentrez ensuite votre ventre en maintenant vos lombaires plaqués au sol tout au long de l’exercice. De cette manière, la contraction sera plus forte que si vous effectuiez le même mouvement sans ces deux contractions volontaires supplémentaires.

Grâce à cet exercice, vous solliciterez prioritairement la partie haute du grand droit.

Les relevés de jambes/fesses

Travaille prioritairement la partie basse du droit de l’abdomen

Pour cibler davantage la partie basse, nous avons les relevés de jambes, ou relevés de fesses.

Vous pouvez effectuer ce mouvement allongé, bras le long du corps, pied en direction du ciel. Relevez les fesses et le bas de votre dos. Il s’agit d’un enroulement, comme dans le précédent mouvement, mais de la partie basse de l’abdomen.

Vous pouvez avoir les jambes tendues ou repliées, comme dans les deux versions que vous voyez à l’image.

Exercice ciblant prioritairement les obliques :

Les crunchs latéraux

abdos obliques crunchs latéraux
Le banc n’est pas obligatoire

Voici l’exercice le plus courant. Pour les crunchs latéraux, la position de départ est la même que pour les crunchs classiques, mais il faut cette fois placer une main derrière sa tête et laisser l’autre tendue, posée au sol, ou avoir ses deux mains derrière la tête. Attention, il ne faut exercer aucune pression sur les cervicales avec les mains. Il s’agit simplement de les soutenir. Amenez votre coude vers le genoux opposé en effectuant un mouvement de rotation.

Exercice ciblant prioritairement le transverse

Le transverse est un muscle profond. Cela signifie qu’il ne se voit pas. Il est cependant très important et permet notamment d’avoir un ventre plat lorsqu’il est solide.

L’exercice roi pour ce muscle est :

Le vacuum

abdos vacuum
Exercice difficile, mais redoutablement efficace !

C’est un exercice de respiration, mais aussi d’aspiration. Debout ,à genoux ou allongé, l’exercice consiste à vider ses poumons puis à rentrer son ventre au maximum tout en faisant comme si on voulait inspirer, mais en bloquant sa respiration pendant quelques secondes en essayant en quelque sorte d’aspirer son estomac vers le haut.

Cet exercice fera l’objet d’un article dédié ainsi qu’une vidéo associée.

Il est intéressant d’effectuer cet exercice le matin à jeun pendant quelques minutes.

Sachez bien qu’il existe des dizaines d’exercices et que chacun mérite qu’on s’y attarde. Je vous renvoie donc vers les articles et vidéos dédié(e)s.

Nombre de séries d’abdos

J’ai évoqué précédemment des séries longues et courtes. Mais à quoi est-ce que cela correspond, exactement ?

Eh bien, vous pouvez considérer que, pour ce type de muscle, une série courte comporte entre 8 et 15 répétitions et qu’une série longue n’a pas vraiment de limite.

Je vous déconseille de faire des séries de moins de 8 répétitions. Cela serait, à mon sens, plutôt insuffisant.

Avec le temps, on peut même finir par s’entraîner à la sensation. Vous devez davantage vous concentrer sur votre ressenti que sur la longueur de votre série.

Temps de repos

Le temps de repos nécessaire dépend de l’intensité de la contraction. Plus la série est courte et intense, plus le temps de repos devra être long. On peut aller jusqu’à 2 minutes ou plus, dans ce cas.

Lorsque l’intensité (de la contraction) est plus faible et que l’on effectue une série longue, on peut enchaîner avec la série suivante avec seulement quelque secondes de repos. Cela peut, dans certains, cas, être simplement le temps nécessaire pour changer de position et effectuer l’exercice suivant. Cependant, vous ressentirez vite le besoin de prendre un pause pour pouvoir mieux enchaîner…

Nombre de séances d’abdos durant la semaine

Parlons à présent de la fréquence des entraînements. On a pour coutume d’entendre que nous devrions travailler nos abdos tous les jours. Or, je vous donnerais plutôt une fourchette large de 2 à 5 séances hebdomadaires. Les travailler tous les jours seraient contre-productif. Je vous rappelle qu’un muscle a besoin de temps pour récupérer et se développer. Par conséquent, vous devez obligatoirement avoir des jours de repos.

3 séances par semaine est déjà une bonne base. Dans ce contexte, l’idéal serait de faire une séance spéciale abdos avec un travail en séries courtes, à forte intensité de contraction, dans laquelle on va travailler l’ensemble de la sangle abdominale, et 2 petites séances à effectuer au début ou à la fin d’un autre entraînement. Dans ces séances là, on pourra diviser les zones à travailler et faire, par exemple, une séance spéciale gainage statique et dynamique, et une séance grand droit et obliques, en séries longues.

Pas de panique : vous pourrez accéder à des programmes à suivre afin que vous aillez vos repères et que vous n’ayez pas à vous casser la tête.

La vidéo Youtube (podcast)

J’espère que cet article vous aura appris des choses. Si vous n’avez pas tout assimilé, c’est normal ; je vous invite à le relire autant de fois que nécessaire. Vous pouvez également écouter mon podcast Youtube dans lequel je vous explique tout à l’oral. N’hésitez pas à vous abonner à ma chaîne afin de la faire vivre, d’aider à son référencement, et de contribuer à son développement.

« Likez », partagez et abonnez-vous
Merci

Pour aller plus loin :

Si vous souhaitez aller plus loin, j’ai rédigé spécialement pour vous un livre numérique (e-book) facile à lire, dans lequel je vous explique comment j’ai perdu 30 kgs après avoir fait trop d’excès l’hors d’une prise de masse incontrôlée.

Il est gratuit et téléchargeable via le lien suivant : https://mon-ideal.com/email_ebookgratuit/

Il vous suffira de me communiquer votre adresse courriel, et je l’enverrai dans votre boite.

Je vous souhaite toute la réussite dont vous rêvez !

Yan.

Bonne année 2020 ! Apprenez à gérer les fêtes toute l’année.

fêtes. Bonne année 2020 !
En 2020, apprenez à gérer les fêtes durant l’année.

Ça y est : depuis quelques jours, nous sommes passés en 2020 ! Nous avons non seulement changé d’année, mais aussi de décennie. C’est un peu une nouvelle ère qui commence. Je vous souhaite donc à tous une excellente année remplie de réussite, d’amour, d’amour, d’argent et surtout de bonne santé et de bonne humeur.

J’espère que pour cette nouvelle ère, vous avez pris de bonnes résolutions, et surtout, que vous allez les tenir. D’ailleurs, je ne sais pas vous, mais, moi, je trouve que 2020, c’est un chiffre qui paraît vraiment futuriste. Je vous rappelle que Marty McFly, lorsqu’il était allé dans le futur, c’était en 2015, donc déjà il y a 5 ans…

Tout ça pour dire que le temps passe plus vite que ce qu’on ne le pense souvent, et qu’il faut donc s’empresser d’agir pour pouvoir réaliser ce que l’on veut réaliser ; parce que le plus important pour avoir une chance d’y arriver, c’est le passage à l’action ! Donc s’il y a une chose que vous devriez retenir aujourd’hui, c’est celle là. Et, si vous n’avez pas encore pris pris de bonnes résolutions, je vous invite à le faire dès maintenant et à les partager dans l’espace commentaires.

J’espère aussi que vous avez passé de bonnes fêtes, que ce soit à Noël ou au Nouvel an, avec votre famille, ou avec vos amis.

Des conseils applicables à toutes les fêtes

Pour l’occasion, je vais vous parler de comment gérer toutes les prochaines fêtes qui ponctueront l’année, mais aussi de comment gérer l’après-fêtes d’un point de vue sportif et diététique.

Vous savez comme moi, que, traditionnellement, la période des fêtes est une période très chargée en calories :

Il y a bien souvent de nombreux plats, eux-mêmes souvent déjà bien riches. Il y a souvent plus d’alcool qu’à ‘accoutumé, à la fois en apéritif et à table, des amuses-bouche avant de passer à table, puis une ou deux entrée bien calorique(s), un plat très riche, voir deux, et un dessert très sucré.

On a donc des repas à la fois plus gras, plus sucrés et plus alcoolisés…

Si vous êtes intéressé(e)s, vous pouvez aller lire la « saga des repas de Noël » qui est une somme d’articles que j’avais rédigé pendant les fêtes de 2018, dans laquelle je détail les propriétés des différents plats traditionnellement servis pendant les fêtes. Vous pourrez ainsi prendre connaissance de leurs qualités réelles et indéniables, mais aussi, des inconvéniants qu’ils comportent parfois, surtout lorsque consommés en excès.

Alors, soyons clair, l’aspect de votre corps est influencé par ce que vous consommez réguièrement, et ce n’est donc pas un banquet gaulois de temps en temps qui va vous faire grossir… Si la période des fêtes se limitait donc à deux repas gargantuesques, à savoir un à Noël et un à nouvel an, cela ne serait pas un problème.

Seulement, soyons honnête cela ne se limite que rarement à cela. Bien souvent, tout le monde n’étant pas réunit au même moment, nous allons voyager de maison en maison afin de passer du temps avec tout le monde et, ainsi, multiplier les repas de fête… Ce n’est donc bien souvent pas deux, mais six ou sept repas d’ogre que nous ingurgitons…

Si nous ajoutons à cela le fait que nous bougeons à peine de la table, et donc, que nous ne brûlons pas les calories dont nous nous sommes empiffré, nous savons que nous allons à coup sûr prendre du gras.

Alors, attention, il faut bien entendu profiter de ces moments et ne surtout pas tomber dans l’obsession et se focaliser sur la diététique. Nous avons, bien entendu, le droit à une parenthèse et je vous invite donc à être serein par rapport à tout cela.

Petits « tips »

Les conseils à noter et à appliquer pour bien négocier vos fêtes :

Cela dit, parlons de la manière dont vous devriez gérer cette période :

  • Le premier conseil que je puisse vous donner, c’est d’avoir une bonne hygiène de vie durant l’année. Car c’est ça la clé. Si vous êtes raisonnable la plupart du temps, les excès seront aisément compensés. Alors, qu’est- ce qu’une bonne hygiène de vie ? Eh bien, c’est le fait de manger équilibré, varié, sain, et avoir une activité physique régulière. Il s’agit là, tout simplement, des conseils de base, connus de tous, mais encore faut-il les appliquer…
  • Le deuxième conseil pour limiter l’impact des repas de fête serait de faire un petit régime hypocalorique non pas après les fêtes, mais avant. Ainsi, vous ne prendrez pas peur début Janvier en voyant de nouveaux kilos indésirables… Pour ceux qui font de la musculation et qui sont habitués aux variations d’apports caloriques, il peut être intéressant d’organiser son emploi du temps annuel de telle sorte que vous finissiez une sèche juste avant Noël afin de débuter votre prise de masse au moment des fêtes. Attention, il faudra dans ce cas s’entraîner pendant cette période pour maximiser l’anabolisme.
  • Si vous souhaitez en revanche brûler des calories durant la fin de l’année, vous devrez trouver du temps pour éliminer entre deux tranches de foie gras… Pour cela, le plus efficace est de coupler la musculation et le cardio. La musculation permet d’élever le métabolisme de base, c’est à dire, la combustion des calories durant les phases de repos, et le cardio à intensité modéré permet la combustion directe des graisses via ce que l’on appelle la lipolyse. Pour cela, il faut effectuer une activité travaillant le système cardio-vasculaire (comme la course à pieds, le vélo, ou même la marche rapide) de telle sorte que le rythme cardiaque atteigne le seuil de lipolyse.
    Alors, là, soyez attentifs, car il faut sortir la calculette :
    Vous devez tout d’abord calculer votre F.C (Fréquence Cardiaque) maximale. Pour cela, je vais vous présenter deux méthodes : _ La première consiste à prendre son pouls après un test de terrain : après vous être échauffé au moins 20 bonnes minutes, vous courrez en augmentant votre cadence toutes les 30 secondes jusqu’à arriver au maximum de vos capacités. Prenez immédiatement votre pouls, et vous connaîtrez votre FC max. Cette méthode est la plus fiable mais la plus éprouvante et on ne peut pas forcément la faire à tout âge ou à tout niveau.
    _ La deuxième méthode pour connaitre sa FC max est moins précise, mais a le mérite de donner une idée et d’être simple à calculer. Pour cela, il faut faire :
    220 – âge si vous êtes un homme
    ou
    226 – votre âge si vous êtes une femme.
    A 40 ans, si vous êtes un homme, vous aurez donc une FC max approximative de 180 bpm (battement par minute).
    Une fois que vous avez trouvé quel était votre FC max, vous devez faire le calcule suivant :
    [(FC max – FC de repos) / 2] + FC de repos.
    Pour rassurer ceux qui ne veulent pas faire de calcul ou qui n’ont par de cardio-fréquencemètre qui leur permettrait de connaitre leur rythme cardiaque durant un effort, sachez que vous êtes en lipolyse l’hors d’un effort long (disons entre 30 et 45 minutes minimum) et que vous êtes capable de parler en même temps (donc pas à bout de souffle).
    Voilà pour ce qui est du cardio « classique » pour brûler du gras. Je tiens à vous présenter également l’entraînement en HIIT. Je vous le dis tout de suite, ce HIIT n’a rien à voir avec la musique, il comporte deux « I » et signifie : « High Intensity Interval Training », c’est à dire, « entraînement fractionné de haute intensité ». Le principe est d’effectuer un exercice cardio intense entrecoupé de récupération active. On peut, par exemple, effectuer 30 secondes de sprint, 30 seconde de marche rapide, à nouveau 30 seconde de sprint, etc.
    La séance sera plus courte mais plus intense qu’un séance de modérée et elle aura une meilleure efficacité.
    Il a été prouvé que le corps va continuer à brûler des calories après la séance, ce qui signifie qu’il y aura une augmentation du métabolisme, comme avec la musculation !

    Voilà pour ce qui est de la partie entraînement.
    Vous vous posez peut-être la question de savoir ce que j’ai fais moi… Eh bien, j’ai fais une pause d’environ deux semaines durant lesquelles je ne me suis pas entraîné. Il peut aussi être bon de recharger les batteries reposer ses muscles, ses tendons et ses articulations. D’une part, cela ne peut faire que du bien, et, d’autre part, si vous faites régulièrement de la musculation, ce ne sont pas 2 semaines de pause une fois par an qui vont vous pénaliser…
  • Si vous optez pour un repos sportif, je vous conseillerais cependant de ne pas vous empiffrer en vous resservant plusieurs fois. Vous pouvez aussi vous faire plaisir sans pour autant être totalement déraisonnable…
  • Une choses, également, que je préconiserais aux personnes consommant beaucoup de protéines tout en divisant leurs apports durant la journée (ceux qui, par exemple, mangent 3 repas et 2 collations), serait de supprimer de manière provisoire les collations supplémentaires. Cela fera des calories en moins qui compenseront les repas de fêtes, et vous ne perdrez pas de muscles pour autant en si peu de temps (surtout étant donné le fait que vous ne serez pas en déficit calorique durant cette période).
  • Autre conseil que je pourrais vous donner et qui s’adresse à tous :
    manger léger entre deux gros repas festifs. Vous pouvez même jeûner, par moment, dans la limite du raisonnable.
    Enfin, ne vous prenez pas trop la tête non plus, et profitez de l’instant présent. Sachez que vous serez plus en forme dès la fin des fêtes.
    Les résultats s’obtiennent par la régularité.
    Posez-vous la question suivante :
    « Est-ce que mon hygiène de vie globale sur l’année est satisfaisante ? »
    Si la réponse est oui, tout va bien ! Si la réponse est non, vous aurez encore quelques efforts à faire, et tout ira pour le mieux.
Récapitulatif simplifié…

Récapitulatif

Voici donc un petit récapitulatif pour que tout soit bien clair malgré la longueur de l’article :

Vous pouvez/devez :

  • Avoir une bonne hygiène de vie durant l’année.
  • Faire un petit régime hypocalorique en amont.
  • Faire un peu de sport durant la période d’excès.
  • Ne pas vous resservir de nombreuses fois.
  • Supprimer provisoirement les éventuelles collations entre les repas.
  • Manger léger entre 2 repas de fêtes.

Si certains d’entre vous estiment que j’ai oublié certaines choses, n’hésitez pas à compléter la liste dans l’espace commentaire(s).

Maintenant que nous sommes en Janvier et que les fêtes sont passées, regardez où vous en êtes physiquement, et faites ce qu’il faut en conséquence. Je vous donne un exemple :

J’ai moi-même pris un peu de graisse. Pas énormément, mais un peu. Je vais donc perdre ce léger surplus avant de commencer ma prise de masse. Cela devrait me prendre 2 petites semaines. Ma prise de masse, sera ensuite raisonnable et basée sur la consommation d’aliments sains.

Je vous apprend ou vous rappelle la règle à appliquer durant l’année (hors fêtes) :

Ayez une bonne alimentation toute la semaine, et accordez-vous un éventuel repas de relâche durant cette même semaine.

La tentation alimentaire est grande, et je vous rappelle que nous venons également de fêter l’épiphanie et que nous arriverons ensuite à la chandeleur, Pâques, la fête de la tartiflette de Saint-Didier sur Groseille, etc.

Les plats traditionnels sont adaptés à un mode de vie très actif. Si on sert des kilos de caillettes, criques, saucissons et picodon en Ardèche, c’est aussi pour faire face au froid de l’hiver et donner des forces à ceux qui travaillent dehors.

En tous cas, n’oubliez pas le secret le plus important : la régularité en ce qui concerne les bonnes habitudes, ponctuée d’excès sporadiques.

J’espère que cet article vous a plu et que vous avez appris des choses. J’espère également que vous allez retenir ces conseils et que vous ne manquerez pas de les appliquer. Je vous invite à faire part de vos commentaires dans l’espace dédié.

N’hésitez pas non plus à poser des questions que vous aimeriez voir traiter dans un prochain article.

Suivez-moi sur Youtube

Juste en dessous ce celui-ci, je vous met l’épisode vidéo qui traite de ce sujet. Je lance, en effet, une émission audio sur Youtube dans laquelle je vous ferai part tous les premiers et troisièmes Vendredi du mois de conseils et d’explications sur le thème du fitness, de la musculation et de la forme physique et mentale en général.

Ma chaîne Youtube comportera également des épisodes « hors-série » ainsi que de nouvelles vidéos dans lesquelles vous pourrez me voir à l’image.

Je vous conseille donc vivement de vous y abonner et de « liker » mes vidéos (pour leur référencement).

Je vous souhaite encore une fois une fantastique année 2020 ! Tout mes vœux de bonheur, de santé, de prospérité et de muscles !

L’émission idéale