• yan.rolin@mon-ideal.com

Archive mensuelle avril 2019

Mon parcours

Bonjour à tous !

J’ai réalisé une vidéo dans laquelle je vous parle de mon parcours.

Je vous invite à la regarder si vous souhaiter en savoir plus.

Vous allez sûrement avoir des surprises…

Sortez du moule, libérez-vous des conditionnements !

Sortez du moule, libérez-vous des conditionnements. Mon Idéal forme, fitness, musculation.
Sortez du moule

Préambule

Si vous avez un mode de vie sain, c’est que vous avez compris qu’il fallait mettre en adéquation vos objectifs et vos actes.

En effet, si vous souhaitez avoir un corps d’athlète, vous devez adopter le mode de vie d’un athlète. Même si vous y allez à un rythme plus lent que d’autres, l’essentiel est de mettre les bonnes actions en place : faire du sport intelligemment avec des entraînements productifs (il n’est pas obligatoire de s’entraîner 3 heures par jour) et manger sainement sur le long terme (inutile de tout compter au gramme près toute l’année, pendant 10 ans).

Cela est faisable par quiconque, quelque soit son niveau de départ, à condition d’avoir un minimum de volonté. Mais il faut passer à l’action.

Les actions que vous aurez à mener vous amèneront à faire les choses différemment des autres. En effet, la majorité des gens n’ont pas un ventre plat, ni des gros bras, et encore moins des tablettes de chocolat sur l’abdomen. C’est pour cela, que si vous faites comme tout le monde, vous serez comme tout le monde.

Assez souvent, si vous voulez savoir ce qu’il faut faire ou penser, vous devez regarder comment la majorité des gens agit et faire l’inverse…

Pourquoi sommes-nous conditionnés à rester dans le moule ?

L’être humain étant un animal social, il cherche bien souvent à la fois à interagir avec les autres, mais aussi à appartenir à un groupe. Or, agir différemment c’est quelque part s’exclure du groupe.

Ainsi, beaucoup auront tendance a adopter les comportements les plus courants pour ne pas être considéré comme un extra-terrestre qui sera potentiellement rejeté. C’est comme cela que naît le conformisme.

Un comportement idiot mais adopté par une majorité de personnes sera beaucoup plus accepté qu’un comportement intelligent adopté par peu de gens. On préfère avoir tort avec la masse que raison à titre individuel (ou minoritaire).

Ce à quoi on assiste assez souvent

C’est pour cela que, si vous prenez de bonnes habitudes alimentaires, on vous regardera avec de gros yeux.

Pour illustrer cet état de fait, je vais reprendre un exemple que j’utilise brièvement dans mon guide de démarrage pour débutant en musculation :

Lorsqu’on pratiquant de musculation qui divise ses apports alimentaires sur la journée avale une boisson protéinée au milieu de l’après-midi, certains seront tout étonnés. Si, en revanche, cette personne avait préféré s’intoxiquer avec une cigarette ultra nocive pour la santé, tout le monde aurait trouvé cela normal…

Autre exemple, les œufs au petit-déjeuner choquent encore certains alors que la consommation de céréales industriels bourrés de sucre sont beaucoup plus dans les mœurs.

Des exemples de ce type, on peut en trouver pléthore, comme le mythe consistant à penser qu’une tisane, c’est pour les vieux ou les malades.

En clair, un rien choque, à part ce qui devrait choquer…

Comment réagir à cela ?

Sortez du moule, libérez-vous des conditionnements. Mon Idéal forme, fitness, musculation.
Il est sorti du moule : il rayonne !

Je vous dis tous cela afin que vous preniez conscience de deux choses :

  • La première, c’est que ce n’est pas parce que la plupart des gens font telle ou telle chose qu’ils ont raison.
  • La seconde, c’est que vous serez toujours confronté à ce genre de réactions.

Il y a donc deux possibilités :

  • Soit rester dans la peur du regard des autres et donc rester dans le moule pour ne déplaire à personne et ainsi renoncer à vos objectifs ambitieux.
  • Soit vous affranchir du délire ambiant.

Si vous avez choisi la seconde option, bravo ! Vous n’avez plus qu’à accepter que le monde est ainsi fait et, surtout, savoir que ce qui compte c’est votre santé, votre épanouissement personnelle et la réalisation de vos rêves.

Croyez-moi, quand vous serez en pleine forme, le sourire aux lèvres avec des tablettes de chocolat pendant que les autres se plaindront de leur bouée abdominale, vous saurez que c’est parce que vous avez su garder le bon cap ! Pendant qu’ils étaient à l’apéro, vous poussiez de la fonte.

Et pour cela, vous pourrez être fier de vous !

P.S : Je précise qu’il ne s’agit en aucun cas d’inciter à se priver de toute vie sociale ou à ne jamais faire le moindre écart. Il s’agit simplement d’adopter de bonnes habitudes régulières sur le long terme. Les écarts ponctuels sont même positifs et conseillés ; la seule chose importante et que cela ne se transforme pas en mauvaises habitudes quotidiennes.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Malade et sportif : comment faire quand on tombe malade ?

Malade. Mon idéal, forme, fitness, musculation.

“Puis-je faire du sport en étant malade ? Vais-je perdre du muscle si j’arrête ? Est-ce que je vais perdre des semaines de travail ? Mes efforts fournis durant l’année vont-ils être réduits à néant ?”
Voilà des questions que je me suis posé plusieurs fois. Malheureusement, beaucoup tombent malade au moins une fois dans l’année. Certains sportifs, notamment les pratiquants de musculation, se demandent quelles seront les conséquences sur leur sport.

J’ai moi-même été malade il y a peu… D’où l’idée de l’article.

(Petite précision préliminaire utile, il s’agit ici de maladies “classiques”, absolument pas de maladies graves).

Puis-je faire du sport en étant malade ?

A quel point êtes-vous malade ?

Vous devez déjà évaluer votre état. Avez-vous un simple rhume avec le nez bouché mais sans faiblesse particulière, ou avez-vous une grosse grippe éprouvante ?

Ces deux situations étant totalement différentes, la conclusion à tirer le sera également.

Dans le premier cas, vous pourrez quand même vous entraîner. Cela sera surtout valable pour la musculation. En ce qui concerne les sports plus “cardio”, vous serez assez gêné dans votre respiration, ce qui est ennuyeux…

Dans le second cas, il est évident qu’il ne serait pas du tout raisonnable de fournir un effort.

Ce qui se passe quand vous êtes malade

Malade. Mon idéal, forme, fitness, musculation.

Votre organisme subit une agression. Vos défenses immunitaires se mettent intensément au travail pour éliminer la source du mal.

Ainsi, dans ces moments là, même en restant couché, votre organisme dépense beaucoup d’énergie.

Cela signifie que si vous faîtes un effort physique pendant cette période, vous allez augmenter encore plus votre fatigue générale, et ainsi faire baisser votre immunité, ce qui va vous rendre encore plus malade et/ou ralentir votre guérison.

Il est donc capital de laisser à votre corps la pleine possession de ses moyens afin qu’il puisse combatte au mieux l’éventuelle infection.

Vais-je perdre du muscle si j’arrête ?

Pourquoi beaucoup de personne ignorent leurs symptômes et veulent continuer à s’entraîner coûte que coûte ?

Tout simplement parce qu’arrêter de pratiquer son sport, surtout la musculation, va ralentir notre progression. En effet, votre guérison peut prendre plusieurs jours, voir une semaine, ou plus (c’est très variable). C’est autant d’entraînement perdus. Ensuite, il y a une période pendant laquelle vous allez devoir vous remettre pour pouvoir récupérer à 100 %.

Par exemple, si vous être malade une semaine, ça fera une semaine de perdue, du point de vu de votre progression, plus, au minimum une autre semaine qui sera nécessaire pour retrouver votre niveau de départ. Donc deux semaines de passées pour en être au même point, ce qui est plutôt rageant…

Vous allez donc perdre un peu de muscle, d’autant plus que le corps va utiliser ses ressources. Cela est d’autant plus vrai si vos jeûnez, mais ne vous forcez pas à manger si votre corps vous dit “non”.

Cela dit, si vous vous entraînez quand même, vous allez encore plus affecter votre système immunitaire, ce qui va, dans le meilleur des cas, ralentir votre progression, et dans le pire, vous exposer à de nouvelles infections !

Et là, ça ne sera pas deux semaines de perdues, mais beaucoup plus, et vous finiriez de toutes façons par arrêter de vous entraîner à cause de votre épuisement.

De plus, sachez bien que vos entraînements ne pourront pas être productifs si vous faites vos séances dans ces conditions.

Il n’y a donc non seulement aucun intérêt à vous entraîner si vous êtes vraiment malade, mais, en plus, c’est pire que de ne pas s’entraîner.

Le mot de la fin

Malade. Mon idéal, forme, fitness, musculation.

Il me semble également nécessaire d’écrire que la santé est évidemment beaucoup plus importante que la muscu (ou n’importe quel autre sport) et qu’il faut, avant tout, penser à en prendre soin car elle est essentielle.

Ainsi, si vous êtes malade, reposez-vous et soignez-vous ; c’est le seul moyen de guérir le plus rapidement possible.

Sur ce, bon rétablissement aux malades qui liront cet article !

Kick back

Kick back. Triceps. Exercice. Mon Idéal forme, fitness, musculation
Kick back sans l’aide d’un banc

Le kick back est un exercice d’isolation des triceps.

Je vous recommande de le réaliser plutôt en fin de séance et de faire des séries longues (entre 15 et 20 répétitions).

Exécution de l’exercice

Position

Il faut être debout avec le buste penché en avant. Comme toujours, il faut avoir le dos bien droit. S’agissant d’un exercice dans lequel la position adoptée n’est pas très évidente au début, je vous recommande de l’effectuer devant un miroir. C’est une excellente façon d’observer sa posture et de pouvoir la corriger directement.

Vous devez avoir une jambe devant l’autre et vos genoux doivent être légèrement fléchis. La jambe avant doit être un peu plus fléchie que l’autre.

Saisissez un haltère (par exemple) avec une main. Tenez-vous avec votre seconde main afin d’aider à stabiliser votre position.

Le bras qui tient l’haltère (ou l’élastique) doit être à l’horizontal et le long de votre corps.

Mouvement

Au début du mouvement , vous devez avoir le coude fléchi. Il faut ensuite effectuer une extension de l’avant-bras. En fin de mouvement, votre bras est tendu mais vous ne devez pas verrouiller l’articulation de votre coude (c’est à dire, tendre complètement le bras).

Pour ce qui est de la respiration, vous devez expirer pendant l’extension de votre avant-bras et inspirer lorsque vous revenez à la position de départ.

Variante du kick back “classique”

Kick back. Triceps. Exercice. Mon Idéal forme, fitness, musculation
Kick back sur le banc

Pour plus de confort (quoique…), vous pouvez utiliser un banc de musculation.

Dans ce cas, vous devrez fléchir la jambe placée sur le banc et tendre la jambe opposée pour que vous puissiez être bien stable.

Le mot de la fin

Il s’agit d’un mouvement qui s’effectue préférablement en unilatéral, c’est-à-dire un bras après l’autre. Ces mouvements sont assez intéressants lorsque l’on cherche notamment à rattraper un point faible ou gommer une asymétrie (si vous avez un bras plus développé que l’autre, par exemple).

En général, on obtient une bonne congestion des triceps avec cet exercice.