• yan.rolin@mon-ideal.com

Archive mensuelle novembre 2018

Escargots : Saga des repas de Noël, épisode 6

 

Ils ne sont pas toujours présents aux repas de fêtes, mais, personnellement, j’en mange souvent à cette période. Dans l’épisode 6 de la saga des repas de Noël, nous parlons des escargots !

Un peu comme pour les huîtres, certains ne supportent pas sa consistance, mais il existe pourtant de nombreux amateurs.

Escargots. Saga des repas de Noël. Mon idéal forme, fitness, musculation, nutrition.

 

 

 

 

 

A la mode…

Depuis quelques temps, on en entend souvent parler à propos de ses vertus cosmétiques ! En effet, la bave d’escargot, de part sa richesse en allantoïne et en collagène, notamment, est, semble t-il, très bénéfique pour la peau !

Ces propriétés seraient d’ailleurs connues depuis l’antiquité !

Cependant, c’est à l’aspect nutritionnel que nous allons nous intéresser.

Valeurs nutritionnelles des escargots

Question macronutriments, les escargots contiennent une quantité intéressante de protéines (environ 16%) et très peu de glucides (2%) et de lipides (1%).

Étrangement, ils ne contiennent quasiment aucune vitamine, à l’exception d’une très faible quantité de vitamine C (15mg pour 100g) qui est de toute façon éliminée à 95% à cause du mode de cuisson des escargots…

En revanche,  question minéraux, on y trouve, entre autres, beaucoup de magnésium (250mg pour 100g ce qui est très élevé) et de calcium (170mg pour 100g). On y trouve aussi une quantité intéressante de fer (3,5mg/100g).

Au vu de leur composition nutritionnelle, on peut donc dire que les escargots sont sains et nourrissants (même s’ils ne contiennent pas de tout, mais c’est le cas de tous les aliments).

Saga des repas de Noël, épisode 6, les escargots, escargot feuille, mon idéal, forme, fitness, musculation

La préparation des escargots…

Cependant, un peu comme pour la dinde de Noël, le “problème” vient de son mode de cuisson.  On y met du beurre persillé, ce qui est très bon niveau goût, mais cela va  beaucoup augmenter le taux de lipides et rajouter encore, comme s’il en manquait, de la graisse au repas…

De plus, la cuisson se réalise au four à environ 240°c. Comme je vous l’écrivais, cela va détruire le peu de vitamine C qu’il y avait.

Le conseil  sera donc le même que pour la dinde : mangez-en, mais n’oubliez pas que l’aliment va baigner dans le beurre.

Bon ap’ !

 

 

En combien de temps puis-je obtenir des résultats ?

 

Beaucoup veulent savoir en combien de temps ils pourront atteindre leurs objectifs. Lorsqu’on est motivé, on est souvent pressé et on veut arriver à notre but le plus rapidement possible.

On cherche donc parfois à savoir combien de temps il nous  faudra pour y arriver. Malheureusement, il est impossible de répondre complètement à cette question, car la vitesse de progression dépend de nombreux facteurs.

Sachez cependant que rien n’arrive en un claquement de doigt. Comme pour tout dans la vie, il faut savoir faire preuve de patience. De plus, si vous souhaitez brûler les étapes, cela sera contre-productif, et, si vous êtes trop pressé, cela peut être le signe que vous n’êtes pas encore prêt à consentir à tous les efforts nécessaires. En effet, si l’on veut que tout se termine très vite, c’est que l’on voit la chose comme une contrainte dont on veut se débarrasser ; or, vous devez voir le défit positivement afin d’être dans le meilleur état d’esprit possible. Cela sera déjà un pas vers l’objectif final.

En combien de temps puis-je obtenir des résultats ? Mon Idéal forme, fitness, musculation. mon-ideal.com

Le temps dont vous aurez besoin dépend, entre autre :

Des objectifs que vous avez (résultats final et étapes)

Plus vos objectifs seront grands, plus vous aurez besoin de temps. Cela est logique, mais c’est le paramètre qui fera le plus varier la longueur du chemin a parcourir.

Ayez un objectif final et des objectifs intermédiaires. La bonne philosophie est la suivante : savoir avoir de grandes ambitions et toujours se réjouir de la moindre petite victoire.  Définissez donc bien chaque étape.

Plus l’objectif final sera grand, plus il faudra d’étapes intermédiaires pour que le temps vous semble moins long. Cela augmentera à la fois votre satisfaction et votre motivation et tout vous paraitra plus facile.

Du temps que vous y consacrez

Hormis, bien sûr, un éventuel surentraînement, plus vous y consacrerez du temps, plus votre objectif sera atteint rapidement.

Cependant, réfléchissez bien au préalable pour déterminer le nombre d’entraînements que vous effectuerez dans la semaine, ainsi que la durée de vos séance. Soyez réaliste et ne prévoyez pas 4 entraînements si vous savez que vous ne pourrez en faire que 3.

Pensez-y à l’avance et tenez vous ensuite à ce que vous aurez décidé.

En combien de temps puis-je atteindre mes objectifs ? Mon idéal forme, fitness, musculation. Compteur, blog, conseil

Des connaissances dont vous disposez

Plus vous en apprendrez sur le sport, la nutrition, le métabolisme etc. , plus vous progresserez vite. Si vous vous lancez sans connaissances et que vous faites des expérimentations, vous allez en apprendre petit à petit, mais cela sera long. C’est pourquoi, faire des erreurs c’est bien, se former c’est mieux.

En effet, les erreurs font avancer, mais se renseigner directement auprès des personnes qui ont elles-mêmes fait des erreurs dans le passé permet de gagner beaucoup de temps, car vous bénéficierez de l’expériences que les autres ont acquise sans avoir à perdre du temps en commettant vous-même ces erreurs.

C’est pourquoi je vous invite à vous former en permanence.  “Mon Idéal” est là pour vous.

De vos efforts

Vous devez être prêt à consentir à des efforts. Vos entraînements seront ainsi plus intenses, et votre diététique sera mieux respectée. Plus vous serez sérieux, plus cela ira vite.

Vous devez donc faire un travail dans votre esprit consistant à accepter les contraintes. Cela sera déjà une petite victoire et un très bon point de départ.

De votre génétique

Sur ce point, il n’y a rien à faire. Je me dois cependant d’en parler car cela compte dans la balance.

Il y a des personne qui ont des prédispositions génétiques leur permettant de prendre plus facilement du muscle que d’autres, ou de perdre de la graisse plus facilement que d’autres. Nous n’y pouvons rien.

Les hommes ont un avantage de ce côté là. Mais même entre hommes et entre femmes il y a de nombreuses différences.

Cela dit, il est évident que cela ne fait pas tout et que, même la personne la plus désavantagée aura toujours un potentiel de progression, et qu’il vaut mieux partir avec un handicap et être sérieux que de partir avec un avantage et ne pas en profiter.

En combien de temps puis-je atteindre mes objectifs ? Sablier. Mon idéal forme, fitness, musculation. Temps, rapidité

Quelques réponses cependant

Même si vous explique depuis le début qu’il y a de nombreuses variables, on peut cependant donner quelques chiffres :

_ Pendant un régime, perdre 1kg par semaine est tout à fait envisageable. Hormis les cas d’obésité sévère, je déconseille de perdre plus, car cela risque d’entraîner une chute du métabolisme qui augmenterait le probabilité de l’apparition de “l’effet yoyo”.

_ Pendant une prise de masse musculaire, prendre 0,5kgs par semaine est le maximum. Allez plus vite, n’augmenterait pas la prise de muscle, mais vous ferait prendre de la graisse !

Alors, pour avoir une idée du temps que cela va prendre : à vos calculettes !

En conclusion

Avant d’entreprendre quelque chose, faites le points sur ces éléments à prendre en compte. Posez vous les bonnes questions, et faites un planning en fonction de tout cela. N’hésitez pas à prendre des notes, à écrire vos objectifs et à les cocher lorsqu’ils seront accomplis.

Ne vous focalisez pas sur le temps mais sur votre but. Dites vous : “Ça prendra le temps que ça prendra”.

Lien Youtube

 

Saga des repas de Noël, épisode 5 : la bûche !

 

Le cinquième épisode de la saga des repas de Noël aborde aujourd’hui le légendaire dessert qu’est la bûche de Noël ! 

C’est le dessert par excellence à cette période de l’année.  La bûche est une tradition culinaire très ancienne.

Après avoir mangé trois tonnes de nourriture extrêmement grasse, vous terminez par un dessert sucré, et gras.

Bûche de Noël, Forme, Fitness, Musculation, Sage des repas de Noël

 

 

 

 

 

 

 

Il ne sera pas évident de donner une valeur nutritionnelle précise, car la composition varie. Il en existe au chocolat, bien sûr, mais aussi à la noix de coco, à la crème de marron ou encore en mélange de chocolat et framboise, chocolat et mangue, par exemple. Le choix ne manque pas.

On y retrouve cependant la même base, avec du sucre, du blanc d’œuf, de la farine et du beurre.

Nutritionnellement, ça donne quoi ?

Le blanc d’œuf vous apporte des protéines, ce qui est bon pour vos muscles. Cependant, la grande quantité de sucre mélangée à la grande quantité de graisse font de ce dessert un aliment pas vraiment diététique, mais c’est Noël. Surtout, qu’en plus, la consommation de sucre va faire monter votre taux d’insuline ce qui va augmenter le stockage des graisses… De surcroît, le dessert intervient après tout les autres aliments que vous aurez ingurgités comme un ogre.

La bûche contient en moyenne 320 Kcals pour 100g, c’est beaucoup, mais c’est environ 20 kcals de moins que les autres pâtisseries. Toujours pour 100g, elle contient à peu près 30g de glucides (dont pas mal de sucre), 20g de lipides et 4g de protéines.

N’oubliez pas que la composition varie, et donc, parfois, la bûche peut être beaucoup plus sucrée, en fonction de ce que vous y ajoutez.

Donc, bien sûr, ce n’est pas “light”, mais nous ne sommes pas constamment obligés de manger léger. Il faut savoir faire quelques petits excès de temps en temps ; la condition étant, bien sûr, que ce ne devienne pas une habitude.

Bûche de Noël, bûcheron, Forme, Fitness, Musculation, Mon Idéal, Saga des repas de Noël

Ne vous trompez pas de bûche…

 

Conseils

Si votre budget vous le permet, je vous conseillerais d’éviter d’acheter de la bûche de Noël industrielle que vous trouvez en grande surface. Elle est malheureusement remplie d’une quantité effrayante d’additifs alimentaires très probablement néfastes à la santé.

Pour vous convaincre de la présence massive de ces additifs, il vous suffira de jeter un œil à la liste des ingrédients… Vous verrez alors plus de “E machin truc” que de noms d’ingrédients classiques.

Donc, si vous le pouvez, achetez une bûche dans une pâtisserie, ou, mieux encore, faites la vous-même.

Bûche, bois, sage des repas de Noël, forme, fitness, musculation, mon idéalÉpisodes précédents :

_ Le foie gras

_ Le saumon 

_ Les huîtres 

_ La dinde 

 

 

 

 

 

Saga des repas de Noël, épisode 4 : le foie gras !

 

Saga des repas de Noël. Nutrition, musculation, forme, fitness. Mon idéal. Foie gras

Dans le quatrième épisode de la saga des repas de Noël, nous parlons d’un mets très emblématique, voir incontournable au moment des fêtes : le foie gras !

Je précise avant toutes choses que je ne rentrerai pas dans le débat de l’éthique, mais je parlerai simplement de l’aliment en lui-même.

Le foie gras peut se consommer cru, cuit, ou entre les deux, c’est à dire “mi-cuit”. C’est chez nous, en France, qu’on en consomme le plus.  On obtient le foie gras avec le gavage de l’animal, que ce soit une oie ou un canard.

Sur le plan nutritionnel, ça donne quoi ?

En temps normal, le foie de l’animal concerné contient notamment des lipides, des protéines et de l’eau.

Après le gavage, c’est toujours le cas, mais le taux de graisse (les lipides) devient beaucoup plus important tandis que le niveau de protéines et d’eau baisse.  Un foie gras contient entre 50 et 65% de graisse et 85 % de ses calories proviennent des lipides. Le foie gras de canard est un peu plus riche en graisse que le foie gras d’oie.

Il contient majoritairement des graisses mono-insaturées et saturées.  Le taux de lipides poly-insaturés est très faible, mais pas inexistant.

Nous avons besoin de graisses dans notre alimentation. Elles sont indispensables. Cependant, les saturées doivent être consommées en plus petite proportion. Le foie gras en contenant beaucoup, il convient d’en consommer modérément.

Vous y trouverez également des vitamines et minéraux comme la vitamine A et le fer.

Que faire ?

Cet aliment apporte certains bénéfices nutritionnels dû à certaines de ses graisses et aux minéraux et vitamines. Cependant, il s’agit sans doute de l’aliment le plus calorique du repas de réveillon. Consommé occasionnellement, il n’y a pas de problème ; cependant, il est déjà très calorique à lui seul et il faudra ajouter les Kcals provenant de tous les autres aliments servis.  Quand on fait le calcul, on peut prendre peur !

Mon conseil sera donc encore un peu le même : pas d’abus ! Sachez aussi  que c’est certainement l’aliment avec lequel il faudra être le plus modéré, car il est un recordman énergétique.

Saga des aliments de Noël. Forme, fitness, musculation. Mon idéal. Le foie gras. Cochon rigolo. mon-ideal.com

Épisodes précédents :

_ Le saumon

_ Les huîtres 

_ La dinde

Episode suivant : Vous verrez bien.

Saga des repas de Noël, épisode 3 : le saumon !

 

 

Aujourd’hui, c’est le troisième épisode de la saga des repas de Noël, et nous allons parler du saumon !

Il est fréquemment proposé au moment des fêtes. En général, on le mange plutôt fumé à cette occasion.

Il est donc fort probable que vous en mangiez à Noël.

Comme lors de l’épisode précédent (le deuxième), je vous annonce une bonne nouvelle, car le saumon de bonne qualité est un aliment très sain et bénéfique que ce soit pour vos muscles ou pour votre santé. Cependant, j’apporterai cette fois certaines nuances de taille.

Avantages : Protéines et oméga 3

Les deux atouts majeurs de cet aliment sont les protéines et les oméga3.

Comme vous le savez peut-être, les protéines sont la matière première de nos tissus et notamment de nos muscles. La musculation mettant ces derniers à l’épreuve, il convient de consommer plus de protéines que ceux qui ne font pas de musculation.

Les poissons font partie des bonnes sources de protéines et c’est le cas du saumon.

Il contient également des acides gras polyinsaturés  dont les oméga 3 font partie. Ils sont excellents pour la santé cardio-vasculaire.

En outre, le saumon contient beaucoup de vitamines du groupe B (surtout B12 et B3) et de la vitamine D (même si la quantité de vitamine D via l’alimentation n’est jamais suffisante pour compenser un déficit d’exposition au soleil).

Inconvénients :  trop salé, souvent pollué

Le saumon que l’on mange à Noël, qui est fumé, est très salé. Si le sel est indispensable à notre santé, pris en excès il devient néfaste. Nous avons besoin d’environ 5g de sel et les spécialistes recommandent de rester de toutes façons en dessous de 6g par jour (ce qui correspond à 2,3g de sodium. Ne confondez pas sel et sodium).

Sel. Saga des repas de Noël. Mon idéal musculation

Malheureusement, en moyenne, les français absorbent entre 8 et 12 g de sel par jour ! Cela est énorme, et très mauvais pour la santé, et il se trouve que le saumon fumé contient souvent autour de 3g de sel pour seulement 100g de produit, ce qui fait qu’on arrive très rapidement à la portion journalière recommandée avec seulement un aliment !

Le second inconvénient de taille est la composition en polluants. Les mers sont de nos jours de plus en plus polluées, et les poissons absorbent malheureusement une partie de ces polluants.

D’ailleurs, sachez ceci : plus un poisson est gras, plus il contient des oméga 3 excellent pour la santé, mais également des polluants néfastes  ! Sachez cependant que cette contamination existe, mais qu’elle n’est pas non plus monstrueuse.

Ce qu’il va falloir faire, c’est donc manger des poissons gras mais de bonne qualité (bio et/ou labellisés), pas tous les jours, mais plusieurs fois par semaine, et privilégier les poissons en bas de la chaîne alimentaire (on consommera donc plus souvent du maquereau et du saumon que du thon).

Joyeux Noël ! Sage des repas de Noël. Saumon. Mon Idéal

En conclusion

De part ses qualités nutritionnelles, le saumon vous apportera de nombreux bénéfices. Cependant, il faudra être rigoureux sur la qualité du produit, et ne pas en consommer quotidiennement.

En agissant ainsi, vous n’aurez que des bénéfices ! Miam, miam !

Épisodes précédents : _ Les huîtres

_ La dinde

Saga des repas de Noël, épisode 2 : les huîtres !


Saga de Noël, épisode 2 : Les huîtres !

Après avoir parlé de la fameuse dinde , la saga des aliments de Noël continue, et aujourd’hui je lance le deuxième épisode !

Vous avez de la chance, car je vais vous parler d’un aliment très sain : les huîtres !

Les huîtres de bonnes qualité sont excellentes pour la santé. Elles présentent notamment un grand intérêt pour les sportifs.

Une grande richesse nutritionnelle.

Elles contiennent une faible quantité de glucides et de lipides, une quantité modérée mais intéressante de protéines et peu de kcals. Elles sont de plus riches en oligoéléments et en minéraux, et contiennent également un peu de vitamine C.

Elles comportent entre autres du zinc, du cuivre, du fer, de la vitamine B12 (en très grande quantité), de la vitamine A, D et C (comme je le disais), du phosphore, des oméga 3, du sélénium etc.

100g d’huîtres apporte  environ 42 kcals,  de 6 à 11 g de protéines, 1,5g de lipides et 0,8g de lipides

Vous l’aurez compris, ce ne sont pas les huîtres qui vont feront prendre 10 tonnes de graisse à Noël et c’est tant mieux !

Cet aliment est très nutritif mais ne contient pas de calories superflus. Cependant, ils s’ajouteront tout de même aux calories présents dans les autres plats de votre repas de fête…

N’hésitez pas à y ajouter un peu de jus de citron ou de la sauce aux échalotes qui, en plus d’ajouter du goût, ajouteront une valeur nutritive.

Vive les huîtres !

Note : vous retrouverez tout un chapitre détaillé sur les bases de l’alimentation pour le pratiquant de musculation dans mon livre numérique (“e-book”) “Musculation : Guide de démarrage pour débutant”.

Episode précédent : la dinde

Prochain épisode : le saumon !

 

Sortie prochaine de mon deuxième e-book !


e-book deuxième Mon Idéal

Je sors bientôt mon deuxième e-book (livre numérique) intitulé “Comment j’ai perdu 30kgs après une prise de masse (presque) ratée” !
Il s’agira d’un livret de 20 à 30 pages dans lequel je vous expliquerai pourquoi j’ai raté ma prise de masse, comment j’ai ensuite perdu 30 kgs, et dans lequel je vous livrerai tous mes conseils pour perdre du poids et ne pas faire la même erreur.
Il sera prochainement en vente sur mon site Internet au prix de 1,50 €.
Il sera une parfaite introduction à mon troisième e-book complet dédié à la perte de poids et à la sèche.
N’hésitez pas à l’acheter lorsqu’il sortira, ou à partager la publication sur Facebook pour soutenir mon travail.

Vous pouvez également retrouver mon premier e-book intitulé “Musculation : Guide de démarrage pour débutant” en cliquant ICI. 

Saga des repas de Noël, épisode 1 : La dinde !

 

Dinde, Noël, Musculation

Comme je l’avais annoncé sur Facebook et Instagram, je lance la saga des repas de Noël dans laquelle j’analyse ce que nous mangeons le plus souvent lors de ces repas généralement très copieux.

Chaque semaine, je vais parler d’un nouvel aliment de fête.

Voici donc le premier épisode, dans lequel je vais vous parler de la dinde !

Sain ou malsain ?

La dinde est un aliment très prisé des adeptes de la musculation car la viande blanche contient des protéines complètes excellentes pour nourrir vos muscles. De plus, elle est très peu grasse et convient parfaitement à un régime de sèche, comme de prise de masse.

Cependant, tout le “problème” réside dans le mode de cuisson.

En effet, on va commencer quelquefois par l’enduire d’une quantité de beurre assez impressionnante (pour éviter qu’elle ne sèche pendant qu’elle cuit dans le four). Même s’il va couler pendant la cuisson, une bonne quantité va s’imprégner dans les tissus de l’animal.

Ensuite, on va la fourrer avec de la farce qui est un mélange de viande et de beaucoup de graisses.

Pour finir, certains vont manger la peau qui est très grasse.

Il ne faut donc pas confondre la viande de dinde “pure” et la dinde remplie d’un cocktail de graisses. La dinde de Noël en est clairement remplie. Cependant, elle sera nourrissante pour vos muscles grâce à ses précieuses protéines de qualité.

N’hésitez donc pas à en manger. Mais comme son nom l’indique, la dinde de Noël n’est pas à consommer tous les jours, donc profitez de l’occasion sans trop faire une fixette sur la teneur calorique exorbitante.

Evitez toutefois de manger 10 repas de fêtes…

Conclusion…

La dinde en elle-même est un aliment presque parfait mais la façon dont elle est préparée pendant les fêtes fait qu’elle devient trop grasse. Cela serait un problème si vous cuisiniez de cette façon tous les jours. Mais si ce n’est pas le cas, faites vous plaisir pendant cette période qui n’a lieu qu’une fois par an.

Dinde. A table ! Musculation, Noël

Comment bien manger quand on est au travail ?

 

Les contraintes horaires sont malheureusement bien souvent cause d’une mauvaise alimentation. En effet, il arrive qu’on ne trouve pas le temps de bien manger sur son lieu de travail.

Certes, il y a des métiers plus propices à cela, mais le problème peut concerner un peu tout le monde. Il n’est pas rare de voir des personnes se précipiter tous les midis dans des baraques à sandwichs ou dans des fast-food. Certains même, marchent ou font du vélo en mangeant  un sandwich industriel !

La raison qui est toujours invoquée est donc le manque de temps. Mais si vous avez bien lu, ce dont je ne doute pas une minute, vous avez vu que j’ai écris plus haut qu’on “ne PREND pas le temps”. Ce qui signifie qu’en réalité, on l’a toujours.

Préparer un encas la veille

On prend un “petit truc vite fait” car on a pas le temps de cuisiner. Alors, certes, je veux bien qu’on n’ait pas le temps de faire la cuisine au boulot, ça c’est sûr ; mais qui vous empêche de préparer la veille au soir un petit casse croûte simple mais sain ?

En effet, le temps dont vous ne disposez pas entre midi et deux, vous l’avez souvent la veille.

Ce que vous allez devoir faire est donc très simple : vous préparer votre repas équilibré avec viande/poisson, riz, légumes noix de cajou, fruit par exemple, vous mettez tout ça dans un tupperware et c’est réglé !

Vous prévoyez un petit sac isotherme et vous ressortez votre plat dès que vous en avez besoin.

De cette manière, une fois au travail, vous n’avez rien à préparer.

Comme je l’ai déjà dit auparavant, une bonne organisation est l’une des clés de la réussite.

Ne partez pas trop loin à midi

Lorsque vient l’heure du repas, évitez de trop vous éloigner de votre lieu de travail. La trajet mordrait trop sur le temps dont vous disposez et justifierait dans votre esprit le fait de manger au lance pierre !

Si vous avez préparé votre déjeuner en avance, vous n’aurez pas besoin de vous éloigner.

En agissant ainsi, vous ne pourrez plus invoquer le manque de temps comme excuse. A vous, donc, d’en choisir une autre, ou plutôt, et c’est beaucoup mieux, de vous décider à changer enfin vos mauvaises habitudes !